Un film de Martine Doyen.
Avec Sarah Duah, Damien Van De Steene, Valérie Lemaitre, Jacky Lambert.

Pâques au tison

Court-métrage de fiction - Couleur - 35 mm - 2002 - 30'

Synopsis

Avril 1982. Le printemps fait la grasse matinée et l’hippodrome quasi désaffecté de Sterrebeek grelotte sous la neige… La famille de Paulette (12 ans et demi, 65kg, 1m70), se réunit au grand complet pour fêter Pâques dans la buvette, squattée pour l’occasion par Tonton Robert, ami intime du gérant. Crêpes et fléchettes à l’appui, l’ambiance se veut « bon enfant », mais il y a anguille sous roche… Bientôt, trois garagistes déjantés vont débarquer en grande pompe pour mettre un peu de fioul dans tout ça. Jack Desmet, le cerveau de la bande, a un œuf à peler avec Lino, concurrent à plus d’un niveau et beau-père indigne du séduisant Pedro, adolescent ténébreux au regard de braise que Paulette meurt d’envie d’embrasser.
Lire la suite
Fermer

Note d'intention du réalisateur

Entre la remise du dossier comme court métrage en juin 99 et la réalisation du film en janvier 2001 de l’eau à coulé sous les ponts. Nous avons réintroduit le dossier à plusieurs reprises, comme long métrage et j’ai retravaillé le scénario en fonction. Après le premier refus qui en fait n’en était pas vraiment un, puisque le projet était passé au premier tour, nous avions bon espoir que nos souhaits se réalisent et que nous n’avions pas  attendu un an pour rien. Mais le sort en a décidé autrement. Après cette aventure un peu déçevante, il était difficile et absurde pour moi de faire marche arrière et de me contenter de tourner une version plus courte qui n’était plus vraiment d’actualité. Dans ce cas, il aurait mieux valu, je crois, abandonner le projet car l’envie n’y était plus. Mais abandonner un projet ne me ressemble pas trop. Je trouve ça très déprimant. Mes producteurs l’ont bien compris et m’ont généreusement suivi dans l’idée de tirer un maximum de la situation. Nous avons tourné plus de cinquante-cinq minutes utiles en dix jours de tournage. Il en reste 45.  L’investissement de l’équipe, artistes et techniciens a été exceptionnel et j’en suis très heureuse. Des gens talentueux ont donné le meilleur malgré les conditions parfois très difficiles. Je ne veux pas croire qu’un tel déploiement d’énergie positive ne porte pas ses fruits et en échange je me dois de faire mon possible pour que ce film ai le plus de chance d’être vu et apprécié.

Nous avons pris des risques et voilà le résultat. Je ne suis pas encore satisfaite car le  film n’est  tout simplement pas encore fini. Il manque l’exposition et la résolution. L’idée à germé au fil de la réalisation de ce film, mais je l’ai mise provisoirement de côté parce qu’elle est en soit plus facile à réaliser et qu’il fallait que je me concentre sur le cœur du film, plus compliqué à tourner à cause du lieu, de la saison, du nombre de comédiens, etc…( un vrai casse-tête chinois). Cette idée d’exposition et de résolution s’est confirmée au montage pour finalement devenir incontournable. Mais les enfants grandissent à une vitesse folle, il faut que je tourne leurs séquences le plus vite possible, sinon ça risque de trop se voir à l’image d’où l’urgence d’un dernier financement.

Je crois que malgré le manque d’argent,  la première qualité de ce film est sa liberté de fabrication , son indépendance. Je crois qu’il y a un public pour apprécier ce type de cinéma. Le tout est d’arriver jusqu’à lui dans les meilleures conditions, qui dans notre cas ne sont pas astronomiques, vu le budget minimum engagé jusqu’à présent. Le rapport est plus qu’honnête à une époque ou on ne peut plus faire un pas sans déplacer un maximum d’argent et où les jeunes réalisateurs  doivent attendre des années pour pondre un « premier » film .

Au niveau de la réalisation, je vois pour l’exposition (autant que pour la résolution d’ailleurs) des plans plus serrés sur les personnages, vus isolément ou dans leur petite cellule familiale ou professionnelle, ce qui permettrait au spectateur de pouvoir se familiariser d’avantage avec leurs caractères respectifs, et de pouvoir les reconnaître, les comprendre, les sentir et  surtout s’en amuser plus facilement par la suite selon les affinités. Au niveau de l’intrigue aussi cette exposition apporte des éclaircissement et rend les intentions du film plus claires. Ce n’est évidemment pas l’histoire de Lino et des garagistes qui est la plus importante dans l’histoire. C’est une sorte de suspense qui n’en est pas un, un fil conducteur mais cette petite magouille minable qui se termine en queue de poisson doit apparaître beaucoup plus clairement, on doit comprendre plus rapidement que ce n’est pas ça le plus important dans le film. Tout ça  aura pour résultat de permettre au spectateur de se laisser glisser dans une phase plus contemplative, quand ils sont tous ensemble. Ce qui pour le moment est un peu difficile, vu qu’on passe pas mal de temps à se triturer la cervelle pour savoir qui est qui et qui est avec qui. Je veux qu’on les regarde s’agiter dans tous les sens, pour des raisons différentes, qu’on sente leurs humeurs, leurs tics et leurs blessures, sans trop se poser de questions. Cette exposition donnera aux personnages plus d’épaisseur et  nous permettra de les contempler plus à notre aise.

La résolution est assez courte mais nécessaire dans le sens où elle apporte la certitude que Pedro n’est pas mort et qu’il a réussi à atteindre  son objectif ( que sa mère quitte Lino) et ainsi mettre fin à son sentiment d’impuissance, ce qui  du coup le rend plus disponible aux attentions de Paulette qui de son côté, atteint son objectif également en établissant le contact avec lui dans la promesse d’un premier baiser. Cette fin apporte une dimension supplémentaire au film et surtout nettement moins noire.

Dans les premières versions du scénario, Pedro mourrait, mais au fil du travail sur les personnages, l’interprétation du petit comédien Damien Vendersteen, les recherches psychanalytiques effectuées sur le suicide chez les adolescents, je n’ai plus pu envisager une fin aussi dramatique et sans espoir. La suggestion d’un suicide avorté , connu seulement du spectateur, m’a semblé beaucoup plus juste et intéressante, plus en accord avec l’idée que je me suis finalement faite du problème.

Une histoire que j’ai entendue lors d’un colloque sur la question a été décisive dans ce choix.
L’histoire d’un adolescent (sans problème apparent,  bon élève etc…) qui s’était suicidé dans la cour d’une école après les cours, sans témoin. Il avait laissé une lettre, où il considérait sa vie comme un échec, alors qu’elle venait à peine de commencer… En gros, il justifiait son acte par le fait qu’il ne voulait  gêner personne avec ses problèmes.  Il ne lui est jamais venu à l’esprit qu’on aurait pu peut-être l’aider à s’en sortir. Certain qu’il était, que dans la vie, on s’en sort tout seul et que si on y arrive pas, on n’est ni plus ni moins  qu’un échec définitif qui ne mérite pas de vivre.  Sa lettre, très bien écrite et très intelligente, fut aussitôt publiée dans les journaux et on l’enterra en grande pompe, 2000 personnes sont venues à son enterrement de héros, ce qui est finalement un peu suspect… Le psychanalyste canadien qui donnait ce colloque avait raison de dire qu’en fait, faire un héros de cet adolescent n’était pour les gens qu’une manière de se disculpabiliser de l’incapacité à s’entraider, monnaie courante aujourd’hui, de considérer les gens en souffrance comme des parias à éviter. Cette histoire m’a fait réfléchir et finalement je n’ai plus voulu faire de Pedro un héros « romantique ».

Je suis aussi en train de réfléchir sérieusement à une voix off de Paulette qui viendrait par moment, quatre ou cinq fois, pas plus , et qui renforcerait sa position dans l’histoire. Au moment où vous verrez le film en projection, cette voix off sera sans doute là, sauf si je m’aperçois que ça ne fonctionne pas…Si elle y est, elle sera présente aussi à la toute fin  du film et au début. Pour le moment elle n’est pas dans le scénario parce qu’elle n’est pas encore écrite. Il n’y a que l’idée, encore très fraîche. Le fond de cette voix off, suivrait son obsession avec humour, à savoir, les questions qui la taraudent : qu’est ce que c’est que l’amour, être attirée, avoir envie d’embrasser, etc…Questions influencées par ce qu’elle vit tout au long du film. Ce point de vue en forme de point d’interrogation, dont le point est un petit coeur , pourra peut-être apporter un contrepoint intéressant  par rapport à tout ce qui se passe avec les  personnages adultes et à mettre d’avantage l’accent sur son personnage, à mon sens, aussi important pour le film que celui de Pedro….Le rouge ( Paulette) et le noir (Pedro) ne s’épousent-ils pas ?


Lire la suite
Fermer

Générique

@font-face { font-family: "Times New Roman"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: Times; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; }

Scénario et Réalisation           

Martine Doyen

 

Paulette                                               

Sarah Duah


Pedro                                                           

Damien Van De Steene

 

Lino, beau-père de Pedro                       

Michelangelo Marchese


Stella, mère de Pedro                                   

Carmela Locantore


Luigi, frère de Lino                                   

Dominique Tack

 

Jack, garagiste n°1                                   

Jacky Lambert


Gilbert, fan d’Alan Vega                        

Eric Muller


Friedrick, le gérontophile                       

Peter Kern

 

Emma, mère de Paulette                       

Valérie Lemaître


Sacha, père de Paulette                       

Philippe Résimont

 

Tonton Robert, le lapin                       

Sacha Kremer 


Titi, le gérant de la buvette                       

Jean-Luc Couchard           

 

Léo le guitariste, frère de Sacha           

François Brice


Brigitte, sa petite amie                                   

Agathe Cornez

 

Lili, sœur d’Emma                                   

Muriel Van Bersy 


Guido, son mari                                  

Arnaud Jacobs

 

Grand-mère Paulette                                   

Francine Blistin


Gaby, la poule                                               

Isabelle Dumont

 

Thierry, garçon au Casio                       

Louis Bruyneel


Kevin, garçon au Casio                       

Félix Bruyneel

           

Carole, serveuse                                   

Stéphanie Delcart


Josiane, sa copine                                   

Anne Leterne


Bill, l’homme de la caravane                       

Dominique Van Steerthem


Mme Zebrinska, la chanteuse                       

Caroline Rottier


Son guitariste                                               

Bernard Plouvier

 

Figuration                                                

Stéphanie Eeman

 

-


Assistant réalisateur                                   

Vincent Tavier


Deuxième Assistant réalisateur           

Christelle Mahy


Scripte                                                

Laora Bardos

 

Directeur de production                       

Coralie Bellion


Directeur de Post-production             

Guillaume Malandrin


Producteur délégués                                   

Vincent Tavier et Philippe Kauffmann

 

Régisseur général                                   

Sébastien Dechamps


Assistants Régisseurs                        

Stanislas Zaba, Jean-Philippe Baltazart et Karim Cham


Repérages & casting                                   

Christelle Mahy, Martine Doyen

 

EQUIPE IMAGE N°1


Chef Opérateur                                   

Lieven Van Baelen


Opérateur                                               

Jan Dellaert


Assistants caméra                                   

Philippe Therasse, David Van Berg et Benoit Delezis

 

EQUIPE IMAGE N°2


Chef opérateur                                               

Patrick Otten


                                     Assisté de Bruno Geiregat


Chef Machiniste                                   

Dries Leerschool

 

Ingénieurs du son                                   

Pierre Mertens et Willem Van Nieuwehuyzen


Assistants son                                               

Eric Ronce, Max Bodson  et Rabau Henke

 

Chef décorateur                                    

Manu De Meulemester

Assisté d’Isabelle Girard et Amandine Grafe

 

Chef Costumière                                   

Isabelle Lhoas


Habilleuse                                               

Rachida Nori

 

Maquilleurs                                               

Pascale Dero, Xenia Vanderlinden

assistés de David Sanchez


Chef coiffeur                                               

Gabriel Malvetti

 

Chef éléctricien                                   

Marco Vieira


Electriciens                                           

Sébastien Richard                                              

Sabrina Dhondt


Chef machiniste                                   

Nordin Ayyadi


Machiniste                                               

Salah Messaoudi

 

Montage Image                                   

Matyas Veress, Anne-Laure Guégan


Montage Direct                                   

Stéphanie Perrin


Montage son                                               

Valérie Leroy et Frédérique Delmeiren

                                                            Assisté de Marc Bastien


Ingénieurs du sons                                   

Olivier Hespel, Pierre Mertens

 

Bruitage                                                

Marie-Jeanne Wijckmans 

 

Musique originale de                                   

Jef Mercelis

 

« Noël au balcon…Pâques au Tison »

Jef Mercelis et Guy Van Nueten

 

« Tic Tac »

Bernard Plouvier, interprété par Caroline Rottier.

 

Mixage son

Franco Piscopo et Manu de Boissieux


Montage négatif

Annick Goemaere

 

Produit par

La parti Production - Alea Jacta Post production - et Entropie Films-

Avec l’aide de la communauté Française de Belgique.

 

Remerciements

Merci à toute l’équipe - A l’European Riding Academy pour l’occupation de l’hippodrome de Sterrebeek- Patrick Otten -Vincent Merveille- Thierry Van Cappellen – Olivier Hespel –  Anne Moralis -Olivier Bodson – Jacky Lambert – Eric Muller – Sabine Dupont – Stanislas Zaba – Stéphane Xhrouet – Matyas Veress – Stéphane Malandrin – Christelle Mahy.- Anne-Laure Guéguan – Famille Van De Steene – Famille Bruyneel – Famille Duah- Gilles Bissot-Les balladins du Miroire-Mr De Smedt-Bruno Devifat-Laurent-

 

 

Pellicule Kodak

Camera Monev

Location éléctrique B&L lighting Services

Machinerie Team Machine

Studio post production Alea Jacta

Studio de bruitage Dame Blanche

Laboratoire Studio l’Equipe et Color By Dejongh

Scannage générique ACE

Générique début Monsieur-Madame et générique fin Aniway

Son Dolby Stereo

 

Assurance Olivier Heger

 


Lire la suite
Fermer

Festivals

Prix Spécial du Jury au Festival de Clermont-Ferrand (France, 2002)
Prix de la Meilleure Fiction au Festival Média 10/10 Namur (Belgique, 2002)
Grand Prix au Festival Media 10/10, Namur (Belgique, 2002) 
Prix de la Cinématographie au Festival « Oh ce court », Bruxelles (Belgique, 2002)
Lire la suite
Fermer

Crédits


 

website kidnap your designer - bien à vous
© La Parti Production, 2002
© La Parti Production, 2002
© La Parti Production, 2002
Erreur mysql.
Erreur mysql.